Home Blog

Le seul repas de la journée

Chers Amis de la Mission Orthodoxe,

Alors que j’étais assis de nouveau à mon bureau et je faisais le plan du jour, tout d’un coup, le responsable de la cuisine pour les enfants auxquels nous offrons quotidiennement du petit-déjeuner et du repas est entré. Il s’est tenu débout devant moi et il m’a dit poliment et humblement :  » Révérendissime, une nouvelle semaine a commencé ; aujourd’hui, c’est mercredi et vous ne nous avez pas encore donné l’argent pour le programme alimentaire. Nous demandons votre conseil pour que je puisse moi aussi expliquer aux fournisseurs du ravitaillement nécessaire pour la préparation du déjeuner et du petit-déjeuner.

Nous parlons du programme alimentaire de 350 enfants de la maternelle et du primaire de Saint Clement situés dans les locaux de notre Métropole.

Bien sûr, ce n’était pas la première fois, du moment qu’il n’y a pas une aide permanente et fixe à ce programme vu que notre Métropole a aussi tant d’autres programmes semblables dans nos divers orphelinats et écoles.

En aucun cas, nous ne laisserons pas les enfants affamés même si nous nous trouvons dans la gêne à cause de la crise financière générale globalement, qui nous a touchés les dernières années dans tous les domaines de nos actions. Dans des cas pareils, l’amour, la grâce et la grande condescendance de notre Seigneur font toujours leur apparition.

Nous sommes reconnaissants à tous ceux qui nous aident surtout dans le domaine de l’éducation, avec tous ces petits enfants issus des familles pauvres ou ils sont orphelins. Pour cette raison, nous vous prions de faire connaître à tous ceux qui sont émus et viennent volontairement nous aider à notre programme alimentaire pour ces enfants, qui sous d’autres conditions resteraient affamés.Pensez que ce repas que nous leur offrons est le seul repas de la journée. Nous savons que le soir, ils vont dormir affamés ! C’est pour cela que nous essayons de trouver des façons et des moyens de sorte que l’après-midi où ils partent, nous leur donnons un sandwich pour dîner.

Nous vous implorons de nous aider pour le moment avec la somme de cinq mille euros. Nous vous remercions et nous vous en serons reconnaissants d’avance.

Cordialement et avec des salutations missionnaires,
† Makarios de Nairobi

La lutte à Madagascar continue

Chers Amis de la Mission Orthodoxe,

En septembre, nous avons reçu des médecins de Chypre, ayant comme responsable ainsi qu’organisateur le Métropolite de Kitio M. Chrysostomos, qui nous ont rendu visite auparavant offrant leurs services médicaux aux pauvres vivant isolés à des distances lointaines. Cette offre est très grande parce que vu les conditions météorologiques l’État n’envoie pas de médecins dans ces régions.

Le mois dernier, beaucoup de baptêmes ont lieu au sud du pays. Dans la région de Tuléar, à beaucoup de villages, il y avait des catéchumènes qui attendaient avec patience le jour où ils recevraient la grâce de Dieu, le mystère du baptême. Comme toujours, les jours du baptême sont des jours de joie spirituelle où tous, des petits et des grands, sont heureux de leur renaissance spirituelle. Dans beaucoup de villages où il y a aussi une église, des baptêmes ont été faits dans un baptistère alors qu’ailleurs, ils ont été faits dans la mer ou la rivière. Ce jour-là était très important au point qu’il a été fêté tant spirituellement qu’avec des repas copieux. À la fin, tous ont reçu peu de cadeaux que l’amour des chrétiens en Grèce nous envoie par moments.

De plus, avec la bénédiction de Sa Béatitude Théodore II, Pape et Patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique l’inauguration de l’église du Saint Voile de Notre Dame a été faite. L’office de l’inauguration était d’une part assez grand, mais d’autre part entièrement nouveau à tous les gens vu qu’il ne se fait pas souvent. Le séminaire ecclésiastique cette année a accueilli 15 étudiants qui sont venus de différents endroits de Madagascar. Ce séminaire prépare les futurs prêtres et catéchistes qui vont encadrer nos nombreuses paroisses n’ayant pas de prêtres. La grande venue des gens à l’Orthodoxie a créé beaucoup de paroisses entraînant à la grande demande non seulement de prêtres, mais aussi d’églises. Avec l’aide de Dieu et des donateurs pieux deux nouvelles Églises sont sous construction et nous espérons qu’elles fonctionneront bientôt. Ce juillet une nouvelle école a été inaugurée dans une région lointaine. C’était aussi un don d’un Chretien pieux de Thessalonique. L’œuvre missionnaire est l’œuvre de Dieu et surtout de Saint-Esprit. Plusieurs fois des choses bizarres arrivent que nous n’en espérons ni les imaginons soit matérielles soit spirituelles et de cette façon l’Église progresse à la gloire de Dieu.

Plusieurs fois nous sommes confrontés à de diverses difficultés et problèmes qui semblent de la part de l’homme insolubles, mais d’une façon merveilleuse Dieu donne la solution, selon l’Évangile « mais avec la tentation, il préparera aussi le moyen d’en sortir ». Souhaitons que Dieu fasse apparaître d’autres ouvriers « à la moisson », car il y a peu d’ouvriers.

† Ignatios de Madagascar

« Saint Iakovos » en Tanzanie

Avec la grâce de Dieu, les vœux et les bénédictions de Sa Béatitude Théodore II, Pape et Patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique, le Révérendissime M. Dimitriou a achevé la construction d’une autre école Orthodoxe celle de « Saint Iakovos » à la ville de Kisaki, à l’est de la Tanzanie, un don d’un ami anonyme de la Mission Orthodoxe du Nord de la Grèce.

Malgré le fait que Dieu a béni ces 14 années de l’œuvre missionnaire du Révérendissime à l’est et au centre de la Tanzanie, de sorte que jusqu’à présent sept autres écoles soit elles ont été construites soit elles ont été rénovées de fond en comble par lui, les besoins sont encore plus grands vu les fruits riches en bénédiction des efforts missionnaires.

Depuis très tôt le matin, le lundi 11 septembre, des centaines d’élèves sont arrivés à l’école nouvellement construite surtout issus de la tribu primitive des Massaï, des prêtres indigènes de la région, des fidèles Orthodoxes, des enseignants, mais aussi des maires, des présidents de communautés, des directeurs d’écoles et d’autres officiels des collectivités locales, pour assister à la cérémonie de la Bénédiction de la première école Orthodoxe dans la préfecture de Morogoro, c’est à dire à un nouvel effort missionnaire fructif à l’est de la Tanzanie où la majorité des habitants sont musulmans!

Le Révérendissime après la fin de la cérémonie de la Bénédiction en parlant en swahili, il a prôné les efforts du Patriarcat d’Alexandrie à chaque coin du continent africain pour la paix, l’éducation, la santé, la prospérité et la cohabitation harmonieuse et il a souhaité à des enseignants, des élèves, et des parents une bonne année scolaire bénie et fructueuse pour le bien et le progrès de la Tanzanie, mais aussi en général du continent africain.

Ensuite, en hommage de gratitude, le roi local de la tribu de Massaï a honoré avec l’honneur royal le Révérendissime M. Dimitriou qui – il faut noter – est le seul chef religieux blanc dans la région de Morongoro qui reçoive cet honneur !

Finalement, nous voulons remercier une fois de plus tant le Conseil d’administration que les donateurs de la Fraternité Missionnaire Orthodoxe pour le soutien continue à notre œuvre missionnaire ici à l’est de la Tanzanie et vous informer que le terrain a été déjà acheté pour que nous construisions la 36e église en Tanzanie, celle de l’Annonciation que votre Fraternité s’est empressée de financer et je vous remercie de nouveau pour votre prière durable et votre soutien continue!
Meilleurs vœux pour un Noël joyeux et béni !

De la part de la Métropole

La visite de Sa Béatitude Théodore II à la Métropole d’Accra

Avec la grâce de Dieu, la deuxième visite officielle de Sa Béatitude Théodore II, Pape et Patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique a été effectuée au Ghana et la première en Côte d’Ivoire.

Un voyage qui, après nombreux ajournements, a été fait en apportant aux âmes des Orthodoxes un épanouissement spirituel, en vivant leur propre résurrection avec leur Père Spirituel.

Le 2 novembre, Sa Béatitude est arrivé à l’aéroport d’Accra, la capitale du Ghana où il a été accueilli par la politique locale, le clergé de la Métropole, de petits enfants habillés avec des costumes traditionnels en offrant des fleurs et par une foule de fidèles pieux qui voulaient voir leur Père et recevoir son vœu.

Le même jour, à l’Église de la Transfiguration à Accra on a chanté Te Deum où on a remercié Dieu pour l’arrivée du Père Spirituel de la Mission Orthodoxe et Prélat de toute l’Afrique.

Lors de son discours Sa Béatitude n’a pas caché sa joie pour cet accueil national ainsi que sans précédent que le peuple fidèle d’Accra lui a réservé en soulignant surtout le rôle spirituel du Patriarcat de même que l’intérêt infatigable de lui-même ainsi que du Métropolite avec ses associés, ses prêtres et son peuple. Plus précisément, il a souligné l’intérêt que les jeunes gens doivent montrer pour leur éducation – étant offerte gratuitement par la Métropole – de sorte qu’ils obtiennent des capacités et aptitudes techniques qui leur seront utiles pour leur vie et leur avenir.

Puis un concert de membres de la chorale de la Cathédrale a suivi sur le parvis de l’église ayant répandu de la joie et de l’allégresse spirituelle à tous. Sa Béatitude en voyant l’enthousiasme et le pouls de ces jeunes gens a nommé la chorale d’Accra la meilleure chorale du Patriarcat.

Le jour suivant, le samedi 3 novembre Sa Béatitude a visité l’École Technique de Saint-Pierre à Larte où il a fait la Bénédiction et il a inauguré le nouveau laboratoire d’informatique complètement équipé de la Métropole en présence de la politique locale et des chefs de la région de Larte, de beaucoup de monde et des élèves de l’École. La présentation du laboratoire et les capacités des élèves aux nouvelles technologies ont répandu l’enthousiasme et un sens de satisfaction à tous les présents surtout quand cette opportunité est procurée par l’Église en donnant le message que celle-ci ne leur procure pas seulement des bagages spirituels pour le salut de leurs âmes, mais aussi des bagages qui leur seront utiles pour qu’eux-mêmes aident de leur part au développement de leur région et surtout via des moyens contemporains comme ils sont formés dans le monde.

Certes, cela est dû à des gens qui aiment la Mission et aident de toute façon et de tout moyen les échelons missionnaires. À ce point-ci, la Fraternité Missionnaire Orthodoxe mérite tout éloge étant toujours le soutien à des œuvres de bonnes actions telles que la construction des églises, des écoles, des cabinets médicaux et la procuration du propre équipement.

Sa Béatitude Théodore II, Pape et Patriarche d’Alexandrie à la nouvelle École d’Informatique à Larte, un don de notre Fraternité

À chaque visite du Primat, il n’est pas possible qu’il n’existe un rassemblement de remerciements de tous les membres fidèles. Là, l’infatigable Patriarche de l’Amour peut écouter, comme aux premiers rassemblements chrétiens, avec une seule voix les remerciements glorifiant Dieu Trinitaire par des gens qui ont connu le vrai Dieu et ils mettent en œuvre Son Évangile sacré avec simplicité et des moyens naturels qu’ils disposent. Ainsi, le dimanche 4 novembre, Sa Béatitude Pape et Patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique était à la tête de la Divine Liturgie dans la Cathédrale de Transfiguration à Accra assisté par les Révérendissimes Métropolites M. Georgios de Guinée, M. Narkissos d’Accra et le clergé tout entier de la Métropole d’Accra.

Il n’a pas oublié de remercier de nouveau la Chorale Ecclésiastique de la Métropole et d’attribuer la charge ecclésiastique d’archiprêtre à Père Vasileios Kouabi Labe.

L’Assemblée hiératique du clergé de la Métropole avec Sa Béatitude a suivi où le Primat a eu l’opportunité d’écouter des prêtres eux-mêmes l’œuvre spirituel ainsi que sociale qui est faite, mais aussi de s’informer sur les besoins et les difficultés auxquels ils sont confrontés. Le Patriarche les a bénis et les a encouragés de continuer à travailler aux vignerons du Seigneur et il s’est engagé qu’il sera à leurs côtés en cas de besoin, en cas de difficulté, en souhaitant et en priant pour leur progrès.

Le Patriarche d’Alexandrie avec le roi d’Akuapem

À son programme chargé, sa rencontre avec l’ héritier de la Couronne d’Anglettere S.A. Charles de Galles n’était pas à négliger, où ils ont discuté des sujets d’Orthodoxie et de l’oeuvre du Patriarcat d’Alexandrie en Afrique, du moment que l’héritier ne cache pas sa relation avec l’Orthodoxie et la « Sainte Montagne » ainsi que son offre à des travaux de structure sociale dans des pays africains.

Notre Patriarche en se référant aux bonnes bases de l’Orthodoxie et à l’œuvre qui est faite en Guinée, il est parti pour le Côte d’Ivoire, dont nous allons parler dans notre prochain article, prenant avec lui les meilleures impressions et souvenirs surtout l’amour qu’il a reçu par le peuple-là, lui laissant ses vœux patriarcaux et ses bénédictions pour le progrès et le développement de chaque œuvre pastorale ayant comme but l’homme et sa promotion au Royaume de Dieu.
( à suivre…)

† Narkissos d’Accra

La porte de la foi est ouverte

Chers Amis de la Mission Orthodoxe,

Avec joie je vous écris en glorifiant Dieu le Tout -Puissant, Qui après des siècles a éclairé la Colombie et le Venezuela avec la lumière de l’Orthodoxie.

Quand le Révérendissime Métropolite Athinagoras est venu pour la première fois à notre région , les seuls Orthodoxes en Colombie étaient seulement les immigrés Grecs et d’autres fidèles venant des pays Orthodoxes. La première chose que le Révérendissime ait comprise était que ce trésor ne devait pas être réservé seulement à ceux nés dans l’Église Orthodoxe, mais il devait être accessible à tous ceux qui voulaient goûter le vrai enseignement chrétien.

Le Métropolite ne savait pas que cet effort soit payé de retour par nous les Colombiens, qui, il y a des années, malgré les nombreuses pêches et faiblesses, cherchions une fenêtre pour trouver la source de la foi droite qui nous ouvrirait les yeux au-delà du rationalisme qui aveugle la théologie occidentale.

Nous avons sollicité de Dieu une réponse pour le message véritable de l’Évangile et nous l’avons reçue avec la fondation de la Métropole du Mexique. Le Révérendissime ne savait pas quelle mission il a assumée dans ces pays où on connaît le christiannisme, mais avec des interprétations erronées procédées des idéologies rationalistes et des inventions humaines qui éloignent les gens de l’instruction de l’Évangile.

Une telle mission demandait une vocation audacieuse et une vision. L’œuvre missionnaire jusqu’à ce moment-là était faite seulement dans le continent africain. En Amérique latine, l’Orthodoxie était quelque chose d’inconnu, isolé et limité en Orient. Avec patience et persévérance le Métropolite a ouvert la porte en nous donnant l’occasion de connaître et reconnaître que l’Orthodoxie n’est pas une profession chrétienne nationale mais c’est l’Église de Jésus-Christ, Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Avec l’aide des gens et des associations sélectes comme la Fraternité Missionnaire Orthodoxe qui avec amour soutiennent cette œuvre dès le début, à l’heure actuelle en Colombie et dans d’autres pays de l’Amérique Latine des gens deviennent Orthodoxes. Votre amour et votre patience comme nos frères aînés en Christ sont grands… Nous avons fait pas mal d’erreurs pendant toutes ces années, mais peu à peu, nous mûrissons.

Ce n’est pas facile pour nous de trouver ici les nécessaires, c’est pour cela que je voudrais du fond de mon cœur remercier pour le grand don récent d’habits et d’articles ecclésiastiques que vous nous avez fait en nous donnant l’opportunité d’offrir proprement notre culte de Dieu Immaculé. Mille mercis à vous tous.

Avec respect et amour en Christ,
Père Timotheos Torres

L’oeuvre la plus sacrée ainsi que la plus difficile

Sans doute le prêche « de l’Évangile du Royaume de Dieu » ( Marc 1:14) constitue la quintessence ainsi que la raison de l’existence de l’action missionnaire de l’Église de Jésus Christ aux nations. Il constitue l’axe autour duquel toutes les actions et toutes les initiatives particulières de la Mission Orthodoxe doivent tourner afin d’avoir du sens et d’être évaluées pas comme une fin en soi mais seulement comme des outils contribuant au point de faciliter la rencontre des peuples avec le message rédempteur de l’Évangile.
Si notre Seigneur Jésus Christ et Ses disciples, Ses apôtres agissaient par dessus tout comme prêcheurs « de l’Évangile de Dieu » et Ils ont renfermé tout sens dans la phrase «le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à l’Évangile »(Marc 1:15), alors, nécessairement et diachroniquement, c’est ce sens qui devra être et le point de départ du diaconat de chaque apôtre -missionnaire contemporain dans l’Église.

Les apôtres ont été appelés «je vous ferai pêcheurs d’hommes » (Marc 1:17), et cette conscience de soi nous voyons qu’ils la maintiennent voire défendent jusqu’à la fin. Voilà, d’ailleurs, la raison de l’élection de sept diacres de sorte que les douze ne soient pas forcés de « laisser la parole de Dieu pour servir aux tables »(Actes 6:2), mais ceux-ci sans obstacle continuent à s’appliquer « à la prière et au ministère de la parole»(Actes 6:5).

C’est l’oeuvre la plus sacrée et à la fois la plus difficile, que Jésus Christ n’a pas confiée à tous, mais à ceux qui remplissaient les conditions pour ce diaconat, ils disposaient du dévouement, de l’expérience sainte-spirituelle et l’appel de la célébration de la parole de Dieu.

Le besoin de se compléter et de la variété des dons à l’Église ont fait l’Apôtre Saint Paul utiliser l’image du corps humain pour expliquer à ses frères que tous y ont tant la place que la compétence de diaconat afin de pouvoir contribuer à l’achevement de Sa mission, à condition de s’apercevoir au point d’agir dans le cadre de leur propre appel et vocation. « Et Dieu a établi dans l’Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des Docteurs ensuite ceux…Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils Docteurs? Tous ont..?» (Corinthiens 1 12:29). Et il continue « Aspirez aux dons les meilleurs…» pour démontrer que peu après, chaque don dans l’Église se rend important de même que nécessaire, à condition qu’il soit utilisé avec et par amour. (Corinthiens 13:1).

Donc, l’inspiration et la gouverne des apôtres missionnaires contemporains de notre Seigneur doivent être puisées par les postes axiomatiques ci-dessus que Lui-même a créées dans Son Nouveau Testament.

Revenons maintenant à la réalité africaine pour aborder les challenges et les problèmes. Notre appel et notre mission c’est de prêcher l’avènement du Royaume de Dieu au visage de Son Fils, le salut et la délivrance de l’homme via le plan de Sa Divine Providence. À chaque être humain que Dieu enverra près de nous, aux villages et aux villes, aux champs, aux rues, au désert. Que nous transmettions le flambeau de l’expérience ecclésiastique de siècles et que nous aidions à ce que celle-ci soit comprise et vecue comme la seule voie de salut tant certaine qu’en sécurité.

En Afrique, étant donné que le problème de la survie quotidienne des gens se dresse tragique et désespérément contraignant – dont la fin n’arrive pas- le challenge est douloureux . Le besoin conduit au service des tables (au sens large), et la lutte quotidienne entre la nécessité et la célébration de la parole partage l’apôtre- missionnaire en traversant son coeur comme un couteau à tranchant.
Lui-même il connaît bien ce dont les êtres devant lui ont plus besoin mais ceux-ci non! Ils demandent – c’est logique- les biens terrestres, contraignaints. Lui, il a été appelé à leur donner les éternels, les nécessaires. Comment pourra-t-il le faire sans l’aide et l’assistance des diacres d’autres dons?
Voilà alors son drame.
L’immaturité des gens et l’insuffisance des dons condamnent l’oeuvre la plus sacrée et la plus difficile, le temoignage « concernant la parole de vie » ( 1 Jean 1:1), à arriver plusieurs fois dernière ou à être livrée forcément aux mains de bons hommes mais inexpérimentés tant spirituellement qu’ecclésiastiquement!
Priez les uns pour les autres, mes frères.
† Ieronymos de Mwanza

Leurs voix – là….

Ici dans le lieu de la Mission Orthodoxe, comme nous avons déjà écrit, les petits enfants qui sont souvent orphelins et sans protection , ils ont une mentalité et attitude trop sensibles.

Notre Église Orthodoxe dès le moment où elle a décidé de s’occuper de la Mission Orthodoxe a mis en priorité, entre autres, ces petits enfants innocents. Ces petits enfants abandonnés ont trouvé refuge au sein de notre Église. Elle les a réunis et elle leur a fait comprendre qu’ils sont comme les autres enfants. Même s’ils sont seuls et sans protection, ils avaient un lieu de plus où ils se sentaient en sécurité et pouvaient partager leurs joies et leurs tristesses avec d’autres enfants de leur âge. Notre Église Orthodoxe ici au Kenya leur a offert le soin ainsi que l’affection dont ils avaient vraiment besoin.

Alors, nous avons donné priorité et nous avons ouvert nos locaux où nous pouvions donner de l’espoir et sourire à ces êtres innocents. Nous avons même partagé avec eux même notre propre vie, au moment où ils passent plus de temps près de nous qu’avec leurs proches ou même avec leurs parents – s’ils existent.

L’endroit est relativement calme. Nous sommes entourés de petites maisons étant dans leur majorité des maisons des gens pauvres qui s’occupent de leurs tâches ménagères, de la routine de leur vie quotidienne et du soin de leur famille. Par conséquent, on n’entend aucun bruit ou nuisance par tous ces gens qui nous entourent. Au quotidien, je le constate, puisqu’à 4 heures du matin je me trouve déjà à mon bureau afin d’achever des travaux urgents de notre Église, de nos Écoles et de m’occuper de n’importe quoi relatif au service de nos prêtres et de nos fidèles.

Soudain, même s’il fait noir et tout est calme les choses changent. Depuis très tôt le matin ces enfants arrivent à la maternelle de côté et à l’école primaire située juste à côté de mon bureau. Dès leur arrivée les petits enfants commencent à courir, à jouer, à crier, à sauter et à se réjouir. À l’aube, avec les premiers rayons du soleil ils se trouvent ici pour y passer le reste de la journée.
Ils courent et ils crient. Peut-être cela est leur seule joie parce que d’où ils viennent il n’y a pas une telle opportunité. Dans cette belle nature, qui littéralement les entoure, des voix infantiles sont entendues créant de cette façon leur propre royaume. Un royaume mythique sans aucun autre choix. Mais c’est grande chose car ils connaissent qu’ils y passeront 8 ans de leur vie.

Tout cela ne peut être quelque chose de petit ni de moindre importance du moment qu’il constitue une partie de leur meilleure période de leur vie. Ils vont connaitre tant d’autres enfants de leur âge, ils feront des amitiés qui peut-être, dureront tout au long de leur vie, créant et forgeant en ce moment tous les projets de leur avenir. Leur séjour ici n’est pas au hasard. Ici ils font des rêves, planifient des projets et ils envisagent un meilleur avenir. Il faut qu’ils soient heureux et qu’ils crient autant que possible pour se garder vivants. Des voix alors chaque matin dès l’aube. Des voix même quand le soleil se couche où ils rentrent chez eux. Quel plus grand cadeau Dieu puisse nous offrir! La semaine précédente nous avons déjà fait le premier baptême d’un nourrisson, dont les deux parents avaient étudié ici dans cette école, tant maternelle que primaire. La présence des parents du nouveau-né a fait naitre des souvenirs du passé, quand ceux-ci et leurs camarades criaient, couraient et sautaient remplissant la nature avec de la vie et de la beauté.

Alors ces voix quotidiennes de petits enfants innocents nous donnent de la force pour être ici, nous renforcent et nous éveillent. Ces voix nous rendent heureux c’est pour cela que nous devons remercier Dieu Qui nous donne de la nourriture tant spirituelle que matérielle à cette étape de notre vie. Sinon qui sait où nous vivrions et comment nous agirions sans voix. Des voix alors qui nous donnent de la vie.

† Makarios du Nairobi

L’école dans la forêt ne doit pas fermer

Les enfants de Nkanka marchaient treize kilomètres chaque matin, sous le soleil brûlant ou de fortes pluies pour aller à l’école la plus proche afin de recevoir une éducation. Ils marchaient toute la journée, dont le désir pour apprendre était si fort au point de pas compter la fatigue devant l’opportunité d’être scolarisés. Tous les autres enfants qui ne pouvaient pas marcher ou dont les parents n’avaient pas l’argent pour payer les frais éducatifs – ici au Congo il n’y a pas une éducation gratuite , mais les élèves paient pour aller à l’école -, étaient condamnés à rester illetrés dans leur case dans la forêt. Ils aidaient leurs parents à cultiver un petit jardin ou à cueillir des bananes ou d’autres fruits de bois. On pourrait voir leur plainte à leurs yeux ou à leur expression.  « Nous allons rester illetrés. Nos amis et les autres enfants dont les parents ont de l’argent pour payer les frais de scolarité même s’ils marchent beaucoup de kilometres, ils recoivent une éducation. Nous, rien ! , nous n’allons pas apprendre à lire, à écrire, alors, nous allons rester illetrés ».

En ce temps-là le Métropolite de l’Afrique Centrale M. Ignatios a observé leurs yeux éplorés et il a construit l’École de Saint Nectarios à côté de l’Église de la Chandeleur au bout du village de Nkanka.

Pour que cette École fonctionne il fallait que de l’argent soit trouvé, parce que les parents étant pauvres ne pouvaient pas payer les frais. Une fois que le bâtiment a été construit, il n’y avait pas d’argent pour que l’école fonctionne. Comment les enseignants, le personnel et les frais de fonctionnement vont-ils être payés ? La Métropole ne pouvait pas car ,d’une part, elle n’avait pas les moyens et, d’autre part, la crise financière en Grèce a touché aussi les missions orthodoxes au point que les dons ont diminué. L’angoisse est grande, comment l’école va-t-elle fonctionner ?

À ce moment-là, un Grec du Congo, de Kinshasa s’est mis d’accord avec son fils pour entreprendre les frais de son fonctionnement, ainsi, chaque mois ils payaient les enseignants et les autres frais. La première année, cent enfants se sont inscrits à la première classe, dont quelques-uns étaient des adolescents de 15-16 ans qui ne sont pas allés, jusqu’à maintenant, à l’école mais ils se sont précipités pour s’inscrire. Les enfants de la forêt recevaient une éducation gratuite, ils n’étaient pas obligés de marcher des heures et des heures. Le nombre des enfants augmentait , les premiers ont terminé le primaire et ils devaient continuer si bien que depuis l’année dernière les premières classes du collège ont commencé à fonctionner.

Ils ne devaient pas marcher à pied des kilomètres chaque jour. Le sourire au visage des enfants qui ne pouvaient pas jusqu’à ce moment-là aller à l’école, a éclaté. Maintenant, ils ont une école.
Un Grec de Kinshasa avec son fils ont donné l’occasion à tant d’enfants de s’instruire, ils ont donné le sourire , ils ont donné de l’éducation aux enfants pauvres de la forêt de Nkanka. Voilà les Grecs du Congo, de Kinshasa, à côté de l’Église, le soutien de l’oeuvre de la Mission Orthodoxe. Ils ont pitié des indigènes qu’ils aiment.
Ce grand bienfaiteur a quitté le monde alors que la crise financière a touché aussi Congo. Son fils a fait de grands efforts et sacrifices pour que l’école soit ouverte en payant les frais de fonctionnement. Cependant la crise financière continue à se répandre de sorte qu’il est difficile que l’école continue à fonctionner sans la contribution de nous tous. Nous devons ramasser 850 euros chaque mois pour que les enseignants, l’autre personnel et les frais de fonctionnement de l’école soient payés ; ceux de l’École de Saint Nektarios, de l’École à côté de la forêt, de l’École de Nkanka afin que les enfants pauvres des indigènes recoivent une éducation.

Qui va nous aider pour que les enfants pauvres continuent à sortir chaque matin de leurs cases afin d’aller à l’école ? Qui va nous aider pour que cette école n’arrête pas de fonctionner ?
† Nikiforos de Kinshasa

Soutenez nos prêtres en Indonésie

Chers Amis de la Mission Orthodoxe,

Avec l’aide de Dieu, notre prélat le Métropolite de Singapour M. Konstantinos est venu une fois de plus à la ville de Médan où le diacre Savvas a été ordonné prêtre à l’Église de Saint Dimitrios le 24 août 2018. Nous nous en sommes réjouis beaucoup parce que le nombre des prêtres qui servent la messe en Indonésie augmente si bien que celui des fidèles dans notre patrie augmentera aussi. À présent Père Savvas s’attend à ce qu’un bon homme lui achète les billets et qu’il lui loue une maison pour vivre avec sa famille au Timor oriental.

Le diacre Prochoros est à Jakarta y aidant Père Gabriel. Nous attendons la bénédiction du Révérendissime pour que le premier soit ordonné curé à Jakarta, vu que Père Gabriel est souvent absent en allant à d’autres endroits pour faire la messe.

Notre service continue à Sumbul.Père Loukas, sa femme Maria et leurs enfants vont bien. À part être curé, père Loukas est aussi directeur de notre école de Saint-Jean le Baptiste. Après l’école, il travaille fréquemment dans son jardin situé à côté de l’église, mais son jardin est très étroit. Ainsi, il pense à acheter encore un champ à côté pour planter des légumes pour atténuer les dépenses familiales. Le champ à côté est vendu 1500 euros.

À Nias, le diaconat de Père Chariton Zegka continue. Il est curé de trois paroisses et directeur de notre école de Saint Nikolas. Père Chariton avec sa simplicité continue la Mission Orthodoxe là. Les paroissiens sont serviables ainsi qu’ils l’aiment au point de décider de désherber et nettoyer un terrain pour y planter du riz. Quand le riz parvient à maturité, ils font sa récolte et ils l’apportent chez le prêtre. Ainsi, pour une année, Père Chariton a assez de riz chez lui pour faire vivre sa famille.

Père Theodosios, enfin, est près de moi. Pour qu’ils puissent vivre sa femme travaille dans une usine alors que nous ne pouvons pas les aider considérablement.

Aussi tous nos prêtres ici à Sumatra et en Indonésie ne reçoivent-ils pas de salaires réguliers. Nous devons trouver des façons comment nous pouvons les faire vivre. Avec la force de Dieu et de la Vierge nous continuerons de travailler au sein de la Mission Orthodoxe dans notre grand pays.

Avec beaucoup de vœux
Père Chrysostomos Manalu

Nouveau début au Timor

Chers amis de la Mission Orthodoxe,

Avec la grâce de Dieu nous allons bien. J’ai reçu la somme de 7000 euros pour notre hôpital. Je vous  remercie tous de votre amour et surtout du Père Nikolaos Marketos. Que Dieu vous récompense avec Ses biens abondants. De plus, j’ai reçu le calice et les icones pour le père Chariton Zega. La semaine prochaine j’irai à Nias et je lui donnerai les vases sacrés.

Le 16 juillet, a commencé l’année scolaire en Indonésie. Le premier jour je suis allé au village de Sumbul où se trouve notre école de Saint Jean Baptiste et je leur ai enseigné la Bible. Le problème est que les enfants n’ont pas leur propre Bible. Ainsi, nous prions pour votre amour pour que vous financiez l’achat de 53 exemplaires du Nouveau Testament coûtant 15 euros chacun.

J’ai reçu 2000 euros que vous nous avez envoyés pour l’accouchement de  la femme du diacre Père Savvas. Elle a accouché un garçon à la mi-juin. Dieu soit loué. En septembre, ils retourneront à Timor. Personnellement, je ne peux pas leur acheter leurs billets et financer leurs loyers, les meubles et la batterie de cuisine pour la nouvelle maison. C’est pour cela que je vous prie de l’aider. Le Père Savvas sera le premier prêtre Orthodoxe qui va servir la messe en permanence dans le pays du Timor Oriental.

Voilà nos nouvelles mes frères. Que vous souhaitiez que le Dieu de bonté nous renforce et que Sa Mère La Sainte Vierge nous embrasse.

Père Chrysostomos de Manalu