Mission Orthodoxe à Madagasar

À l’heure où l’avion approchait l’aéroport de la capitale de Madagascar Antananarivo, je pensais que le pays a tellement changé depuis la dernière fois que je l’ai visité. Cela fait neuf ans que j’y suis venu, il y avait une grande pauvreté et je me souviens qu’au quotidien au Centre missionnaire à Alasora 1000 enfants se concentraient pour prendre peu de lait et des biscuits…

À l’aéroport rien n’a changé mais les rues étaient pleines comme des oeufs.Pour aller à Alasora on a mis cinq heures alors que la dernière fois que j’étais ici je n’ai pas mis plus d’une heure! Des milliers de voitures, dont la majorité étaient de vieille technologie, se bousculent dans les rues étroites de la ville en roulant sur place… Ainsi tu as l’occasion de voir mieux les travaux incroyables que les habitants font pour survivre. Certains vendent des aliments (de la viande, du pain, des légumes, des fruits, des vêtements, des chaussures, du bois) et d’autres vendent des cartes et des portables…

Distribution de vêtements par le révérendissime Métropolite de Madagascar

Dans une rue en pente nous avons rencontré une famille qui concassait des pierres pour faire des cailloux … Tous travaillaient… le grand-père, la grande-mère, le fils, la belle-fille…Celle-ci qui s’appelle Tagin avait à côté d’elle son bébé dans un panier… Il avait juste un mois et il dormait malgré les coups des marteaux. Un mètre plus loin c’était son fils Mickael, ayant quatre ans. Il avait aussi un marteau et il concassait des pierres! Il travaillait en rythme comme les autres. Il n’arrêtait pas même quand une petite pierre a jailli dans son oeil.. Il n’a pas du tout pleuré, simplement il l’a retirée de son oeil et il a continué à concasser les pierres avec son marteau. J’ai demandé combien d’argent ils gagnent et on m’a dit que le salaire journalier est 35000 ariarys c’est à dire moins qu’un euro! Mickael n’est pas payé… Simplement il travaille parce qu’il ne peut aller nulle part.. Dans ce pays de toute beauté, ayant la plus grande biodiversité dans le monde, 40% de la population est composée d’ illettrés, 50% n’a pas accès au réseau d’approvisionnement en eau et juste 15% a de l’électricité… Quelle chance Mikael puisse-t-il avoir?

Mikael et sa famille

Ignatios le Métropolite de Madagascar nous a informé sur la situation. Parmi 25 millions d’habitants de Madagascar seulement 25000 sont des Chrétiens Orthodoxes. Parmi 110 paroisses, 75 sont construites. Il y a encore des chaumières qui fonctionnent comme des églises…

Le jour suivant nous nous sommes réveillés à 5h30 du matin parce que nous devions aller à un village lointain, 150 kilomètres loin de la capitale de Madagascar. Je me brossais les dents avec de l’eau en bouteille car l’eau du robinet avait une couleur soit jaune soit marron.Au centre missionnaire à partir de 6 heures du matin les enfants faisaient comme chaque matin une longue queue pour prendre du lait et des biscuits. Parmi ceux-ci certaines mères ayant leurs bébés dans leurs bras. Il pleuvait et outre le lait et les biscuits, des pantoufles ont été distribués aux enfants pieds-nus par des bénévoles Grecs…

Dans la rue les gens se précipitaient portant des choses sur leurs têtes, en courant vers des directions différentes comme des fourmis. Certains portaient du bois, des branches d’arbres pour allumer du feu et faire la cuisine, d’autres portaient des bidons d’eau et d’autres de grands morceaux de viande par l’abattoir voisin … Un jeune maigre portait sur sa tête la moitié d’un cochon égorgé… Un autre portait sur sa tête un gigot d’un grand animal. Du sang par la viande gouttait sur son corps et de loin je voyais un homme tout maculé de sang courir comme si quelqu’un le chassait… J’ai demandé à Père Stefanos de quel animal venait la viande et il m’a dit qu’il était zébu c’est à dire un animal qui ressemble au buffle mais il n’a pas de bosse …

À notre école Orthodoxe

Notre voiture, après avoir traversé les rues “bombardées” d’Antananarivo et après avoir roulé pour peu de temps sur l’asphalte de la chaussée, elle a pris une route de terre impraticable. Pour parcourir une distance de 35 kilomètres on a mis plus de deux heures.

Au village Ambohimanana les habitants nous attendaient angoissés. Ils se sont concentrés dans la cour d’une maison parce qu’il n’y avait pas une église. Là dans la cour nous avons descendu le baptistère un grand tonneau et 27 personnes ont été baptisés. .. La plus jeune avait 10 mois et la plus âgée 67 ans. Des mariages ont suivi.. 6 couples ont été baptisés et peu après ils se sont mariés. Un peu avant de partir nous avons distribué des vêtements usagés venant de Grèce. La joie des habitants qui recevaient les vêtements était indescriptible. Surtout celle des enfants qui ont trouvé aussi des jouets parmi les vêtements.

Le journaliste M. Nikos Aslanidis à l’orphelinat Orthodoxe

Durant notre séjour à Madagascar nous avons visité l’orphelinat, la maison de retraite, la polyclinique, des églises et des écoles qui ont été créés et qui fonctionnent par la Métropole de Madagascar avec l’aide des donateurs. Comme le Métropolite M.Ignatios nous a dit, les dons après la crise financière en Grèce ont diminué c’est pourquoi deux fermes ont été créées d’où on essaie de soutenir toutes les activités.

En partant de Madagascar tu te sens que les regards des habitants te suivent. En particulier les regards des enfants qui attendent chaque matin à la queue pour prendre un verre de lait et des biscuits, je pense qu’ils m’accompagneront toute ma vie…

Nikos Aslanidis
Journaliste- Membre régulier de la Fraternité

Δείτε περισσότερα

L’Orthodoxie en Colombie

Notre communauté est située à Cereté. Nous célébrons la messe une fois par mois chez mes parents parce que j’habite à Medellín et je mets 10 heures pour arriver à Cereté en bus.Étant donné que la communauté a trop grandi, je vais y déménager avec mon épouse et nos trois enfants…

La catastrophe à Beira

Une des Églises la plus historique de notre Patriarcat à Beira du Mozambique qui a été construite avec de la peine et sacrifices de nos compatriotes il y a 110 ans, a subi de grands dégâts par le cyclone mortel qui a sévi la région…