Je me trouve à Christ-church dans le cadre de ma première visite épiscopale où j’ai rencontré Kyriakos un homme d’affaires étant membre tant actif qu’entreprenant de la communauté locale Grecque-Orthodoxe qui se dépense pour offrir de l’aide et du soutien en s’occupant de la chose publique.

De sa façon directe ainsi qu’expressive, il m’a mentionné l’expérience particulière qu’il a eue quand il a rencontré l’ancien Métropolite de la Nouvelle-Zélande et à présent de Ganou et de Chora, M. Amfilochios au moment où il a entendu ses pensées et ses rêves pour que l’effort missionnaire sur les îles de l’océan Pacifique commence.

Il l’entendait avec beaucoup d’attention et respect en essayant de comprendre l’ampleur des pensées du père spirituel. Il entendait sans parler jusqu’à la fin. S’il parlait avec la logique carrée qui le caractérise, il lui dirait que ce rêve, cette œuvre est pratiquement irréalisable puisque pour qu’elle soit réalisée des quantités énormes de ressources financières, de main d’œuvre, d’ingénieurs, d’avocats, etc. seraient demandées, et le père n’avait que ses habits. En son for intérieur, Kyriakos pensait que vu son âge le père a commencé à perdre son esprit et à ne pas penser logiquement.

Des baptêmes aux Fidji par le révérendissime Métropolite M. Amfilochios

Le père est parti et son rêve a commencé à être réalisé. Le temps passait et Kyriakos s’est trouvé pour des raisons professionnelles aux Fidji. Il est allé voir de près tout ce qu’il entendait jusqu’à ce moment-là. Et ce qu’il a vu, c’était la très belle Église de la Sainte Trinité parfaitement propre et grandiose « assise » comme un pigeon blanc dans le paysage tout vert de la campagne de l’île et des beaux hymnes ecclésiastiques recueillis étaient chantés par les petits enfants de l’orphelinat et par les moines locaux Fidjiens d’une façon que beaucoup envieraient.

Il est assis en les regardant, en jouissant de ce qu’il écoutait, ne voulant pas qu’il termine ce qu’il vivait. Mais la messe terminait. Trente enfants et tous les participants on accepté l’appel du prêtre Père Bartholomaios « Avec crainte de Dieu, foi et amour, approchez ». Tous, sans exception. Seulement Kyriakos restait débout au coin interloqué, étonné de ce qu’il vivait.

Dès qu’ils sont sortis dehors, le climat tant tranquille que fervent de la messe a cédé sa place aux visages joyeux et aux voix souriants des enfants. Leur joie était évidente à leur visage, à leurs mouvements, à leurs paroles, à leur comportement vers les autres. Kyriakos leur a donné quatre ballons qu’il les gardait comme cadeau. Personne ne peut décrire la fête qui a suivi avec les ballons. Tout l’espace libre de la Mission a été rempli d’enfants qui couraient, jouaient, ils étaient contents. Des enfants qui ressentaient de la sécurité, de la confiance et la présence des gens qui les aimaient et prenaient soin d’eux. Ils l’ont remercié d’une façon tant gentille que mûre. Kyriakos s’est fait plus plaisir de leur sourire et de l’expression de leur joie. Cette situation se fait rare dans nos sociétés occidentales rationnelles, a-t-il pensé. À nos enfants, on n’apprend pas comment être joyeux, comment vraiment vivre, comment jouir de la vie.

L’ inauguration de l’Église de la Sainte Trinité aux Fidji

Il a visité le monastère de la Dormition de la Vierge, le safe home, la chambre de plus grands garçons. Il a été enchanté, ému en s’étant aperçu vraiment de l’œuvre de l’Église, quel était son rôle et quelle était sa mission dans le monde. Il s’est senti un peu coupable pour sa réticence et des larmes se sont écoulées de ses yeux. Il est allé acheter une grande quantité d’aliments, de nouveaux lits, des matelas et beaucoup de jouets pour les enfants. Il voulait aussi avec ses forces contribuer pour se sentir membre de cette société de joie. Depuis, son respect, sa reconnaissance et son admiration pour le père spirituel Amfilochios et pour son œuvre sont francs et continus. Ainsi, il encourage nous tous à continuer le grand rêve tant « fou » qu’agréable à Dieu du père spirituel Amfilochios pour que Dieu soit glorifié.

†Myron de la Nouvelle-Zélande