Sans doute le prêche « de l’Évangile du Royaume de Dieu » ( Marc 1:14) constitue la quintessence ainsi que la raison de l’existence de l’action missionnaire de l’Église de Jésus Christ aux nations. Il constitue l’axe autour duquel toutes les actions et toutes les initiatives particulières de la Mission Orthodoxe doivent tourner afin d’avoir du sens et d’être évaluées pas comme une fin en soi mais seulement comme des outils contribuant au point de faciliter la rencontre des peuples avec le message rédempteur de l’Évangile.
Si notre Seigneur Jésus Christ et Ses disciples, Ses apôtres agissaient par dessus tout comme prêcheurs « de l’Évangile de Dieu » et Ils ont renfermé tout sens dans la phrase «le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à l’Évangile »(Marc 1:15), alors, nécessairement et diachroniquement, c’est ce sens qui devra être et le point de départ du diaconat de chaque apôtre -missionnaire contemporain dans l’Église.

Les apôtres ont été appelés «je vous ferai pêcheurs d’hommes » (Marc 1:17), et cette conscience de soi nous voyons qu’ils la maintiennent voire défendent jusqu’à la fin. Voilà, d’ailleurs, la raison de l’élection de sept diacres de sorte que les douze ne soient pas forcés de « laisser la parole de Dieu pour servir aux tables »(Actes 6:2), mais ceux-ci sans obstacle continuent à s’appliquer « à la prière et au ministère de la parole»(Actes 6:5).

C’est l’oeuvre la plus sacrée et à la fois la plus difficile, que Jésus Christ n’a pas confiée à tous, mais à ceux qui remplissaient les conditions pour ce diaconat, ils disposaient du dévouement, de l’expérience sainte-spirituelle et l’appel de la célébration de la parole de Dieu.

Le besoin de se compléter et de la variété des dons à l’Église ont fait l’Apôtre Saint Paul utiliser l’image du corps humain pour expliquer à ses frères que tous y ont tant la place que la compétence de diaconat afin de pouvoir contribuer à l’achevement de Sa mission, à condition de s’apercevoir au point d’agir dans le cadre de leur propre appel et vocation. « Et Dieu a établi dans l’Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des Docteurs ensuite ceux…Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils Docteurs? Tous ont..?» (Corinthiens 1 12:29). Et il continue « Aspirez aux dons les meilleurs…» pour démontrer que peu après, chaque don dans l’Église se rend important de même que nécessaire, à condition qu’il soit utilisé avec et par amour. (Corinthiens 13:1).

Donc, l’inspiration et la gouverne des apôtres missionnaires contemporains de notre Seigneur doivent être puisées par les postes axiomatiques ci-dessus que Lui-même a créées dans Son Nouveau Testament.

Revenons maintenant à la réalité africaine pour aborder les challenges et les problèmes. Notre appel et notre mission c’est de prêcher l’avènement du Royaume de Dieu au visage de Son Fils, le salut et la délivrance de l’homme via le plan de Sa Divine Providence. À chaque être humain que Dieu enverra près de nous, aux villages et aux villes, aux champs, aux rues, au désert. Que nous transmettions le flambeau de l’expérience ecclésiastique de siècles et que nous aidions à ce que celle-ci soit comprise et vecue comme la seule voie de salut tant certaine qu’en sécurité.

En Afrique, étant donné que le problème de la survie quotidienne des gens se dresse tragique et désespérément contraignant – dont la fin n’arrive pas- le challenge est douloureux . Le besoin conduit au service des tables (au sens large), et la lutte quotidienne entre la nécessité et la célébration de la parole partage l’apôtre- missionnaire en traversant son coeur comme un couteau à tranchant.
Lui-même il connaît bien ce dont les êtres devant lui ont plus besoin mais ceux-ci non! Ils demandent – c’est logique- les biens terrestres, contraignaints. Lui, il a été appelé à leur donner les éternels, les nécessaires. Comment pourra-t-il le faire sans l’aide et l’assistance des diacres d’autres dons?
Voilà alors son drame.
L’immaturité des gens et l’insuffisance des dons condamnent l’oeuvre la plus sacrée et la plus difficile, le temoignage « concernant la parole de vie » ( 1 Jean 1:1), à arriver plusieurs fois dernière ou à être livrée forcément aux mains de bons hommes mais inexpérimentés tant spirituellement qu’ecclésiastiquement!
Priez les uns pour les autres, mes frères.
† Ieronymos de Mwanza

Previous articleLeurs voix – là….
Μητροπολίτης Μουάνζας Ιερώνυμος
Ο Σεβασμιώτατος Μητροπολίτης Μουάνζας κ. Ιερώνυμος γεννήθηκε το 1962 στην Ουγκάντα. Το 1999 χειροτονήθηκε Επίσκοπος Μπουκόμπας.