Avec la grâce de Dieu et la bénédiction de Sa Béatitude, après assez longtemps Dieu m’a permis de visiter le pays voisin du Ghana qui s’appelle Côte d’Ivoire. Un nom qui depuis toujours me provoquait de la curiosité et de l’intérêt. Pourquoi d’Ivoire ? qui et pourquoi l’a nommé comme ça ?

En vivant en Afrique de l’Ouest et en étudiant l’histoire de la région, j’ai découvert que le Ghana avait aussi d’autres noms auparavant, il s’appelait Côte de l’Or et jadis Côte des esclaves, et à ce moment-là j’ai compris que les colonialistes selon les produits qu’ils recevaient par ces régions, ils ont nommé ces côtes et à la suite ces pays.

Je me rappelais que nous les Orthodoxes nous sommes tellement différents que les colonialistes ! Ceux-ci prenaient tout ce qui était le plus précieux que les indigènes aient eu, nous les Orthodoxes apportent à ces côtes le plus précieux que nous ayons, l’Orthodoxie, et ainsi nous les appelons Côtes d’Orthodoxie.

Cette fête de Pâques nous l’avons fêtée à Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire, et là à notre paroisse de la Résurrection du Seigneur. Le Père Ieremias, « le pilier de la famille » et curé de l’église, était seul pour beaucoup d’années, jusqu’à cette fête de Pâques où il a accueilli deux nouveaux frères à l’ordination, le père Sebastianos et le diacre Albertos.

Quelle grande joie et bénédiction d’avoir encore deux prêtres et un diacre afin de prêcher et diffuser ensemble la foi Orthodoxe dans ce pays, où l’Eglise Orthodoxe jouit d’un grand respect et appréciation par les gouvernants de ce pays et de toute l’Afrique. D’autant plus que l’Église Orthodoxe était et elle est depuis toujours une force d’unité et de présence purement missionnaire sans ingérences dans les questions de pouvoir, de différence politique ou raciale.

Pourtant, il est grand besoin de construire une nouvelle église à la ville voisine Agboville, 70 kilomètres de la capitale Abidjan où il y a une petite communauté sans église. Ils ont seulement une chaumière qui sert comme église pour que la messe soit célébrée mais quand les pluies tropicales tombent on la démonte pour la monter de nouveau. L’existence d’une église bâtie va donner un essor et un développement dans cette communauté. Heureusement nous avons assuré le terrain par un don d’un fidèle de cette région et nous souhaitons que Dieu insuffle au cœur d’un fidèle d’entre vous qui lisez cet article et que vous vous intéressez par la Mission en Afrique, le désir de réaliser ce rêve sacré.

La Fraternité Missionnaire Orthodoxe a donné beaucoup d’exemples d’offre et de sacrifice pour la création de nouvelles Côtes d’Orthodoxie dans ce monde, de sorte que les gens trouvent un port de repos, d’agrément et de rencontre avec Jésus Christ. Je souhaite et je prie que notre Seigneur vous bénisse et vous offre tout bien.

Narkissos d’Accra

Previous articlePâques d’adieu
Next articleLa femme malade qui s’est guérie
Μητροπολίτης Άκκρας Νάρκισσος
Ο Σεβασμιώτατος Μητροπολίτης Άκκρας κ. Νάρκισσος γεννήθηκε το 1968 στην Ιορδανία. Διακονεί το Πατριαρχείο Αλεξανδρείας από το 2009, ενώ το 2013 χειροτονήθηκε Μητροπολίτης Νουβίας και το 2015 μετατέθηκε στην Γκάνα.