Le caractéristique principal de l’eau est son cours et quand l’eau s’écoule, il est très difficile que son cours soit enrayé. Même les plus grands barrages que les gens construisent peuvent s’avérer incapables de l’arrêter. Dans l’Ancien Testament, dans le Livre de la Genèse, il est compris d’une façon le plus intense ce qui signifie « déluge ».

Pourtant, l’eau a un autre caractéristique, sa force d’union. Des mers, des lacs et des rivières joignent les lieux, ils permettent le passage , ils transportent des connaissances et des biens, ils contribuent à la création, au progrès, à l’union. Rappelons-nous aussi dans le Livre de la Genèse, où l’Esprit de Dieu « se mouvait au-dessus des eaux (Gen.1-2) et le début de la création du monde a eu lieu.

L’Épiphanie signifie le temps de la bénédiction de tout, de l’homme et de la Création, sous la Grâce de l’Esprit unificateur. Vivant cette vérité, nous avons acheminé quelques jours avant, nous aussi les Orthodoxes de l’Eglise néophyte du Congo-Brazzaville vers les bords de la rivière de Congo, pour participer à la bénédiction de la Création. Nous sommes allés aux eaux de la rivière qui pour ce jour-là étaient mentalement notre Jourdain, où nous tous nous avons été baptisés de nouveau spirituellement et nous avons vu Jésus Christ, la Vraie Lumière qui illumine et bénit chaque personne qui vient au monde. Le « roi-rivière du Congo » d’après l’expression des locaux, devient le Jourdain biblique qui arrive jusqu’à Équatorial africain, puisque l’eau ne fait pas de distinctions afin d’irriguer toute la communauté orthodoxe. Voilà alors comment Dieu d’Épiphanie réunit et renforce Son Église !

Nous sommes sortis de l’Église de Résurrection de Jésus Christ, à la capitale du pays, ayant communié au Corps et au Sang du Souverain Jésus-Christ afin d’acheminer vers les bords de la deuxième plus grande rivière du monde. Les processions des Orthodoxes ont un caractère de confession de foi ainsi qu’éducatif, surtout pour nous, ici au Congo-Brazzaville vu que la période où nous vivons -depuis la fondation de l’Église Orthodoxe jusqu’aujourd’hui- pourrait être caractérisée même « Apostolique » ! D’ailleurs, depuis à peine trente deux ans sont passés. Nous vivons ainsi notre siècle de premiers chrétiens en 2017, nous nous trouvons d’une manière symbolique au notre « 32 après Jésus-Christ », et de tout ce qui signifie en réalité…

Voilà la gloire de l’Église : Jésus-Christ et Ses enfants porteurs de la lumière qui confessent infatigablement Jésus-Christ comme Sauveur et Rédempteur ! Ici, nos processions se différencient de celles de notre patrie bénie, vu qu’ une religion officielle n’existe pas. Ici notre procession passe parmi nos concitoyens, qui, soit ils s’occupent de la magie, soit ils appartiennent à une autre confession chrétienne, soit ils vivent le chaos d’un secte (une équipe « religieuse » centrée sur une personne, revêtissant une forme chrétienne) blessés profondément par le préjugé. La procession de l’Épiphanie est une expression collective de la Vérité de Dieu Trinitaire dans une société asservie à la superstition et à l’inégalité, dans une société où les opportunités manquent , dans une société où le visage humain plusieurs fois perd sa valeur.

Nous avons jeté la Vraie Croix dans l’eau de la rivière Congo, dans l’eau de notre Jourdain. Nous voyons aussi que dans la rivière Congo ainsi que dans le Jourdain, la création s’anime par les eaux et celles-ci voyagent en même temps.

“Quel dieu est grand comme Dieu? Tu es le Dieu qui fait des prodiges; »,nous avons psalmodié à notre retour à l’Église Cathédrale de la capitale. Jésus-Christ nous a promis qu’Il ne nous laissera pas orphelins. Nous le voyons au convoi de l’Épiphanie qui chaque année grandit et le nombre de nos frères « compagnons de voyage » se multiplie de plus en plus.

Nos frères cherchent la Lumière ! Seigneur, continue à nous offrir Ta Lumière envahissant avec l’élan de Saint-Esprit tant les âmes des indigènes pour qu’ils vivent Tes bénédictions célestes, que ceux de nos frères Orthodoxes de sorte qu’ils n’oublient pas à cause du tourbillon de la vie l’offre de l’amour réel pour ces âmes africains, qui viennent de goûter la force rédemptrice de leur « Jourdain » personnel !

† Panteleimon de Brazzaville