Des citoyens de cieux Tongiens

Quatre sont les points cardinaux de l’horizon, quatre sont les mystères qui ont été célébrés aujourd’hui, le 16 octobre, dans la chapelle de Saints et Glorieux Apôtres sur l’île de Tongatapu, la région Fangaloto des îles de Tonga. Ici, elle se situe leur capitale Nuku’ alofa. Le blanc et le ciel qui dominent la chapelle et le Sacré Baptistère qui se trouve derrière l’autel, créent des sentiments de joie et d’espoir dans chaque âme qui contemple le ciel avec espoir et il prie pour tout le monde. Les Saints Apôtres et le Sacré Baptistère sont les fruits de la foi et de la piété des moines pieux Arsenios et Savvas de Mont Athos, qui aident la Mission, et du pèlerin Nikolaos ; ce sont ceux qui les ont construits avec leurs mains.

La maison d’ accueil étant déjà prête et la grande Église de glorieux et triomphant Saint Georges, dont les fondements ont été jetés et sa construction continue, tout cela c’est le résultat et l’offre des Chrétiens pieux de la Grèce surtout de Thessalonique et d’Aspropyrgos mais aussi de l’Australie et de l’Amérique. Il fallait que quelqu’un soit ici aujourd’ hui, le dimanche 16 octobre, pour voir avec combien de piété et simplicité les premiers catéchumènes Tongiens ont reçu les mystères du baptême, de l’onction et à la suite la première Sainte Communion. Le premier mariage de Constantin et Hélène a suivi ainsi que le repas d’amour où ils ont assisté « avec joie et simplicité de cœur »(Actes 2:46) tous les invités à cette grande joie.

À l’extériorisation de leurs impressions et leurs sentiments Konstantinos, juif d’origine, il a dit que avec le Baptême il se senti comme s’il renaissait… C’est exactement ce que notre Seigneur a dit à Nicodème : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3:5). Pierre, un Tongien, il a dit qu’avec le baptême il a abandonné son prénom Ofisi et depuis il s’appelle Pierre. À travers sa simplicité il a exprimé une vérité théologique, que le baptisé, au nom de Sainte Trinité, cesse d’appartenir à la terre. Depuis il est citoyen du ciel d’après Saint Apôtre Paul qui dit « Mais notre cité à nous est dans les cieux,» (Philippiens 3:20).

Une présence de plus de l’Orthodoxie dans l’Océanie lointaine. La croix de notre Seigneur embellit et bénit la poitrine , le lieu et les maisons de nos frères néophytes. La cloche de Saints Apôtres est petite mais le son étant doux, réjouissant et émouvant s’étend sous toutes latitudes du Pacifique immense, invitant chaque homme dépourvu de préjugés à venir à la source de la vérité et de la vie : « Venez, toutes les nations, connaître la force du grand secret. Car Jésus Christ, notre Sauveur, l’Éternel a été crucifié pour nous, Il a été volontairement enterré et Il est ressuscité de morts pour sauver tous ;prosternons nous devant Lui »(Paraklitiki, dimanche, ps. 3).

« Heureux celui dont la transgression est enlevée (psaume 32:1) à travers les mystères de Sainte Orthodoxie. « Qu’ils sont beaux Les pieds de ceux qui annoncent la paix, De ceux qui annoncent de bonnes nouvelles!» (Romains 10:15). Ils l’ont bien gagné les donateurs et les possesseurs de saintes églises de Dieu.

Après Tonga, une autre île du Pacifique sud-ouest vient à la suite, Samoa, qui relève de la Métropole de la Nouvelle Zélande. Que Dieu le veuille, l’Eglise de Saint Apôtre et Évangéliste Jean y sera construite dont « la voix s’est étendue dans tout le monde » comme celle des grands Apôtres Pierre et Paul et de tous les Saints Apôtres.

« Que Dieu soit loué, fierté des Apôtres, joie des Martyres, Qui la Sainte Trinité leur a déclaré »

Amphilochios de Nouvelle Zélande

Δείτε περισσότερα

L’Orthodoxie en Colombie

Notre communauté est située à Cereté. Nous célébrons la messe une fois par mois chez mes parents parce que j’habite à Medellín et je mets 10 heures pour arriver à Cereté en bus.Étant donné que la communauté a trop grandi, je vais y déménager avec mon épouse et nos trois enfants…

La catastrophe à Beira

Une des Églises la plus historique de notre Patriarcat à Beira du Mozambique qui a été construite avec de la peine et sacrifices de nos compatriotes il y a 110 ans, a subi de grands dégâts par le cyclone mortel qui a sévi la région…