Avant qu’on commence le Sacrement du Baptême, c’est à dire l’insertion du nouveau membre dans l’Église , l’office du Catéchisme le précède avec la lecture des exorcismes, le renoncement à Satan par le catéchumène et l’acceptation-avouement que notre Seigneur Jésus Christ est l’Un et l’Unique Dieu. Dès les premières années chrétiennes, comme nous pouvons lire dans des textes des Pères de l’Église, le catéchumène devait renoncer au diable consciemment afin de marcher vers le Baptême avec l’Ésprit de Vérité. Dans notre pays orthodoxe, dans ce lieu béni qui respire l’Orthodoxie même dès les années Apostoliques, peut-être nous ne nous apercevons pas de l’importance de la première voire essentielle partie qui précède le Baptême, celle de l’Office du Catéchisme.

Personnellement il fallait que je vienne en Équateur africain, dans un pays qui n’est pas purement chrétien pour voir les choses « en pratique ». Dans ces régions où les gens soit n’ont jamais entendu parler de Jésus Christ soit s’ils en ont entendu, ils ont entendu, vu et vécu d’ une façon eronnée à travers le prisme de la secte et du schisme. À l’heure actuelle, alors, où les cloches sonnent l’Évangile, elles annoncent le chemin qui conduit à l’Unité, le chemin qui conduit à la Vérité de la Sainte-Trinité, Une et Indivisible.

Tous ceux qui sont hors de l’ Église ils appartiennent à eux- mêmes. Ceux qui sont consciemment intégrés à Celle-ci , ils appartiennent à Jésus Christ. Selon les Pères de l’ Église le possédé est celui qui est désespéré. Celui qui renonce à Jésus Christ, il ne se trouve pas en communion avec Lui et avec sa Sainte- Église, mais seulement avec lui -même. Ici, en Afrique, celui qui agit avec le Satan à travers des rituels mystiques il agit toujours avec son « ego », il agit toujours par intérêt, il cherche toujours quelque chose pour lui-même. Soit cela signifie de la richesse, du status ou de la reconnaissance sociale ; soit cela signifie de l’envie, de la jalousie ou de la haine pour l’autre, la vie ou le progrès de celui-ci. Ce n’est pas au hasard que les sorciers dans ces sociétés jouissent d’ une grande reconnaissance, une reconnaissance qui repose intimement sur la peur de « l’esprit fort », qui fait seulement du mal, et par conséquent, de ceux qui peuvent l’invoquer ainsi que communiquer avec lui !

Nos frères qui viennent au Baptême ont goûté tout cela. Ils connaissent très bien ce que signifie isolement, ce que signifie avoir besoin de supériorité, ce que signifie passer sur le ventre de quelqu’un, ce que signifie agir avec le diable. Étant donné que quelques -uns, sinon la plupart d’ entre eux se sont mis en contact avec telles procédures sans pouvoir trouver la joie, l’espoir et la sérénité dans leur vie, comme ils avouent eux-mêmes. Donc, le renoncement à Satan, avant le Baptême devient une action déterminante dans la vie du catéchumène Africain, qui va être parachevée par la grâce de Saint-Esprit durant le Baptême. Comme officiants du Baptême en Afrique, chacun de nous se souvient comment les démons sont horrifiés devant le signe de la Croix! Nous avons tous des expériences de nos frères néophytes, qui devant l’eau bénie du Baptême ont changé de comportement et se sont transformés en animaux sauvages, tout en se calmant dans l’eau bénie qui, avant, faisait peur aux démons.

Une telle expérience j’ai vécue il y a peu de temps, lorsqu’une jeune femme souriante jusqu’ à l’Office du Catéchisme,  après, elle a commencé à ressentir un malaise. Ce malaise s’est transformé en contractions du corps, en cris inarticulés et en sa chute par terre devant l’eau bénie, avant l’immersion. Invoquant aux profondeurs de mon âme la grâce et la force de Dieu de bonté, j’ai insisté à l’entrée de cette fille malheureuse dans le baptistère «  La servante de Dieu… reçoit en ce moment le baptême, au nom du Père, du Fils et de Saint-Esprit ». C’était à ce moment-là que j’ai vu les contractions du corps disparaître  et la sérénité revenir ! Lorsqu’à la fin du Sacrement j’ai demandé à cette femme gentille et éduquéé de décrire devant tous tout ce qu’elle a vécu quelques minutes avant, elle a avoué avec franchise qu’elle s’est sentie perdue dans l’obscurité avant son immersion dans l’eau bénie , alors qu’elle en se mettant en contact avec celle-ci elle a ressenti «  de la délivrance de chaînes invisibles » comme elle a dit exactement.

Le Satan se repose là où Jésus Christ est oublié, là où l’Amour est abandonné. Les sociétés qui sont servies par les humbles missionnaires de l’Évangile de Jésus Christ ont connu milliers victimes humaines au fil des siècles, par exemple, des victimes de la magie, de la superstition, de l’esclavage, de l’ignorance, du manque d’ instruction, de la guerre, de la civilisation occidentale…Dans chaque cas les victimes ont souffert des forces s’opposant à tout ce qui est béni, créatif, d’avancement spirituel. Et c’est le miracle du Dieu Trinitaire les semailles de la Parole sur un champ privé d’amour au fil des siècles, d’ un vrai amour, prenant sa source dans le Tombeau vide de Jésus Ressuscité.

En levant le regard vers Jésus Crucifié, vers Lui qui a tendu Ses mains immaculées sur le bois de la Vie en unissant les parties séparées de ce monde, je prie qu’Il unisse les frères de notre éparchie ecclésiastique au Te Deum commun de l’Église « avec une seule bouche et un seul coeur », de sorte qu’unis à une seule foi et à un vrai amour vers tous les Orthodoxes de tout le monde, ils glorifient Son Nom Tout-Saint et qu’ils vivent dans la lumière éternelle de Sa Grâce.

Panteleimon de Brazzaville & du Gabon